Accueil > Nos actualités > La baisse des marchés offre t’elle l’opportunité de revenir sur une société de croissance comme L’Oréal ?
Flash Marchés

La baisse des marchés offre t’elle l’opportunité de revenir sur une société de croissance comme L’Oréal ?

Par Jérôme LIEURY

26/03/2020

L'actualité de l'économie et de la finance !

Le PER d’une société (pour « Price/Earning Ratio ») : le rapport cours de Bourse/prévisions de bénéfices par action de ladite société, est le premier multiple de valorisation que l’on regarde quand on essaie de savoir si une société cotée est chère ou pas. Partant du principe qu’un marché boursier a aussi un PER : la moyenne des PER des sociétés cotées sur ce marché, et que si le PER de la société étudiée est supérieur à celui du marché, c’est aussi parce que cette société est à bien des égards (potentiel de croissance, rentabilité, situation financière) d’une qualité supérieure à la moyenne du marché. On peut aussi comparer le PER de la société étudiée à ceux d’autres sociétés opérant dans le même secteur, voire au PER moyen de ce secteur, et en tirer des conclusions utiles le plus souvent : c’est aussi simple que cela.

Un bon exemple étant L’Oréal, comparé à l’indice Cac 40 : au 31 décembre 2019, l’action L’Oréal valait 264€ et affichait un PER de 33x environ, à comparer à 15,5x pour le Cac 40, soit un écart de 17,5 points de PER, ce qui pouvait paraître beaucoup, même si L’Oréal, qui est sans contestation possible une des plus belles sociétés qui soit, mérite sans aucun doute une prime dans sa valorisation pour sa qualité. L’Oréal était aussi plus cher en PER que ses concurrents américains Procter & Gamble et Colgate-Palmolive, et aussi cher qu’Estée Lauder, la société qui lui ressemble le plus, et nombre d’analystes étaient pour ces raisons à « neutre », et quelques-uns à « vendre », sur le titre. Ce qui pouvait se comprendre à ce moment-là : le cours du titre étant aussi arrivé à un point haut, et il valait donc mieux attendre une opportunité de marché pour l’acheter.

Au mercredi 25 mars 2019, après toute une série d’évènements fâcheux sur lesquels nous ne reviendrons pas, on peut se dire qu’on est vraisemblablement dans une fenêtre d’opportunité, puisque i) le Cac 40, même s’il s’est bien repris par rapport à un point bas atteint la semaine dernière, est encore en baisse de -28% depuis le début de l’année, et, ii) qu’à quelque chose malheur est bon, souvent.

Mais avec un cours de 247€ L’Oréal affiche encore un PER de plus de 27x, à comparer à 11x environ pour le Cac 40, soit 16 points d’écart, et reste la valeur la plus chère de son secteur : rien n’a fondamentalement changé, et la prime de qualité est toujours là. Une qualité qui vaut son prix, finalement : le titre ne sous-performe que de -6% depuis le début de l’année, et se révèle donc très défensif, même s’il n’est pas vraiment « value ».
Ce qui peut paraître paradoxal. Mais rien n’est simple sur les marchés. On le savait déjà.

Nous cherchons à vous donner des informations sur des valeurs leaders, de grande qualité et avec un bilan sain, la société l’Oréal appartient à cette catégorie

Merci de noter qu’il ne s’agit pas d’une recommandation d’achat ou de vente mais de vous exposer les points saillants de cette entreprise. D’ailleurs si les marchés venaient à se rependre, le titre ne serait peut être le candidat à privilégier. Sur le long terme nous avons une grande confiance dans cette entreprise.

Télécharger l'article

Voir d'autres actualités

19/01/2021 La chronique de l'économie

Où est la dette Covid ?

Depuis le début de la crise pandémique, les Etats ont multiplié les mesures de soutien tant sur le plan sanitaire qu'économique et financier.

Télécharger l'article
05/01/2021 Lettre mensuelle des marchés

Le meilleur reste encore à venir

Après un mois de novembre boursier tout simplement fantastique, décembre 2020 fait un peu pâle figure malgré une tendance restée très positive [...]

Lire l'article Télécharger l'article
05/01/2021 Paroles d'expert

La BRED accueille ses clients 100% sur rendez-vous

Interview d'Olivier Klein, directeur général de la BRED

Lire l'article